02 février 2010

Essai routier complet: Subaru Legacy 2010

Malgré la crise financière, Subaru s'en est tout de même bien sortie. Ses ventes sont en forte progression au Canada et nul besoin de dire que c'est à cause de l'effervescence de la marque. Le Subaru Forester a été redessiné l'an dernier avec succès et c'est maintenant au tour des Legacy et Outback de se refaire une beauté. C'est de la Legacy 2010 dont il est question dans cet essai alors que nous reparlerons de la Outback dans un prochain article. La silhouette de la Legacy a été complètement revue et même si elle est plus haute qu'auparavant, son coefficient aérodynamique a été amélioré. Elle est également plus longue de 30 mm ce qui est bénéfique notamment pour les places arrière. J'aime bien la ligne arrière de la Legacy mais je remet encore l'avant en question. Je trouve les phares trop grand par rapport au reste et le renflement des ailes me semble trop proéminent par rapport aux pneus de 16 pouces. Ce problème semble moins important avec des pneus plus grands. Enfin, tout est question de goût alors je vous laisse juger. Pour moi, c'est l'arrière le plus réussi.

La Subaru Legacy 2010 est offerte en quatre modèles soit la 2.5i, la PZEV, la 2.5GT et la 3.6R. J'ai choisi d'essayer la PZEV car ce moteur avait été présenté comme une grande innovation au Salon de l'Auto de Montréal en 2009. PZEV c'est pour Partial Zero Emission Vehicle que l'on pourrait traduire par Véhicule à Émissions Presque Zéro. Ce moteur satisfait la très haute norme californienne SULEV (super ultra low emissions vehicle). C'est donc un moteur très propre et je voulais voir s'il pouvait aussi nous procurer un peu de plaisir de conduire.

Si vous avez déjà conduit une Subaru récemment, vous ne serez pas dépaysé à l'intérieur de la Legacy 2010. Les places avant sont confortables et le support latéral est moyen. Les places arrière ont gagné beaucoup d'espace pour les jambes et les hanches dans ce modèle pour un confort accru. Les cadrans sont très clairs avec chiffres blancs sur fond noir. Un petit cadran s'est ajouté cette année à gauche du compte-tours. Il s'agit de votre consommation instantanée. Bien qu'il n'y ait pas de chiffres précis, il vous permet d'ajuster votre style de conduite afin d'économiser l'essence au maximum. J'ai bien aimé. Le siège du conducteur à dix réglages électriques ainsi que le volant télescopique et inclinable permettent de trouver une bonne position de conduite. Tous les modèles ont les sièges chauffants à l'avant, une caractéristique bien apprécié pour nos hivers québécois. Même chose pour les rétroviseurs extérieurs qui sont aussi chauffants. Les commandes au volant sont bien disposées et faciles à opérer. Le système de son s'occupe de la radio AM et FM ainsi que du CD et est câblé afin de recevoir la radio satellite. Son efficacité est bonne mais je me demande pourquoi l'affichage est légèrement brouillé alors que les autres affichages au tableau de bord (compteur journalier, consommation, heure) sont parfaitement claire. On dirait que la vitre est rayée! Et ce n'est pas la première fois que je remarque cet anomalie chez Subaru. En option, Harmon Kardon vous offre sa propre définition du son dans une voiture avec neuf haut-parleurs et 440 watts dont un caisson de graves. La console centrale a gagné en polyvalence grâce au retrait du levier du frein à main. Celui-ci est maintenant électrique et peut être activé sans effort grâce à un petit levier à gauche du volant. D'autres options comme le système de navigation GPS ou le système Bluetooth peuvent être ajoutés. La banquette arrière est repliable de façon 60/40 agrandissant un coffre déjà plus logeable que dans l'ancienne génération.

Pour le millésime 2010, Subaru offre trois niveaux de performance. En haut de gamme, la 3.6R est équipée du 6 cylindres boxer de 256 chevaux avec transmission automatique à cinq rapports. La 2.5GT, quant à elle, est propulsée par un 4 cylindres boxer turbocompressé de 265 chevaux et transmission manuelle six rapports. Les 2.5i et PZEV sont pourvues du 4 cylindres boxer de 2,5 litres et 170 chevaux. Seule la 2.5i peut profiter de la boîte manuelle six vitesses puisque la PZEV doit utiliser la nouvelle boîte CVT. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le vocabulaire automobile, un moteur boxer est un moteur avec cylindres à plat ou opposés horizontalement par opposition aux moteurs à cylindres verticaux en ligne ou ceux avec cylindres en V que l'on retrouve plus couramment. Le moteur 4 cylindres de la PZEV est assez performant mais le fait payer par son niveau sonore à l'accélération. Par contre, il est assez frugal avec une très bonne moyenne de consommation pour une voiture de cette catégorie soit 9,0 L/100 km pendant mon essai. Attention parce que Subaru annonce des chiffres encore plus impressionnants dans sa documentation. Les miens sont ceux de la vraie vie. Subaru fait un retour dans le domaine des transmissions CVT à rapports continuellement variables après en avoir équipé la Justy à la fin des années '80. C'est maintenant une boîte qui profite de toutes les recherches effectuées dans ce domaine depuis cette époque et c'est l'une des meilleures que j'ai essayée jusqu'ici. Elle semble très bien s'entendre avec le moteur quatre cylindres et ne fut pas désagréable à utiliser. Elle est équipée exclusivement de palettes au volant pour changer les vitesses manuellement. En plus d'être inutile, les palettes ne sont pas faciles à utiliser en ville alors qu'il faut tourner le volant pour tourner. C'est alors difficile de passer les rapports en même temps. Puisqu'on vous les offre sans frais, essayez-les mais ce n'était vraiment pas un équipement prioritaire. Toutes les Subaru vendues au Canada profitent de la traction intégrale symétrique à prise constante, un système qui a fait ses preuves mais que je n'ai pu tester, faute de neige. La tenue de route est excellente grâce à une suspension bien calibrée et une direction précise. Les freins sont puissants et tous les modèles profitent de l'antiblocage ABS avec distribution électronique de la force de freinage et assistance au freinage d'urgence. La Subaru Legacy PZEV 2010 roule sur des Bridgestone Turanza de 16 pouces mais d'autres modèles plus huppés sont équipés de pneus de 17 et même 18 pouces.

Voilà! La Subaru Legacy 2010 réussi bien encore. Sa silhouette, particulièrement vue de l'avant, ne m'impressionne pas et me paraît moins fluide que celle de l'ancienne génération mais pour le reste, c'est réussi! L'habitable est grand, confortable et peut emmener aisément quatre passagers, cinq si vous n'avez pas le choix. Avec la sécurité que procure la traction intégrale Subaru, les hivers québécois vous paraitront moins longs. Sa consommation d'essence raisonnable et un bon niveau d'équipement de série sont des points positifs à ne pas négliger. Subaru va sûrement encore briser des records de vente!


Questions, commentaires, opinions? Venez discuter de la Subaru Legacy sur le forum de Passion Automobile en cliquant ici.

Conditions de l’essai

Réalisé du 12 au 19 octobre 2009.
Journées ensoleillées et pluvieuses, entre -2 et 10 C.
Modèle essayé : Subaru Legacy PZEV 2010
Assemblé à Lafayette, Indiana, États-Unis
Échelle de prix : 23 995 à 38 395 $ + taxes
Prix du modèle essayé : 26 395 $ + taxes
Distance parcourue : 543,3 km (37 % autoroute)
Consommation moyenne : 9,0 L/100 km
Régime-moteur à 100 km/h : 1 900 tours/minute
Régime-moteur à 115 km/h : 2 050 tours/minute
Véhicule fourni par Subaru Canada.
Merci à Amyot Bachand.

2 commentaires:

JanuskieZ a dit...

Hi... Looking ways to market your blog? try this: http://bit.ly/instantvisitors

Anonyme a dit...

Merci de ce test !
J'attends avec impatience l'arrivée en Suisse du Forester diesel avec boîte CVT. Actuellement je possède la version avec boîte manuelle.

j-a

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.
Google+