Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

17 novembre 2016

Essai routier: Mazda3 Sport 2016

Mazda3 Sport GT 2016
Lors de son arrivée sur le marché en 2003, la Mazda3 prenait le relais des Protegé et Protegé5. Ces dernières avaient été très populaires malgré une architecture mécanique et des lignes très conventionnelles. La Mazda3 a connu un succès instantané en raison de sa silhouette inspirante qui insufflait un soupçon d’image sportive à une catégorie qui n’avait pas l’habitude d’être excitante. Deux générations plus tard, les problèmes de rouille prématurée sont réglés et la technologie SKYACTIV a complètement envahi la Mazda3 (et tous les modèles Mazda d’ailleurs). Peu importe ce qu’on en pense, Mazda a tenté de révolutionner le fonctionnement d’un moteur à combustion interne, avec un certain succès il faut le dire. Mazda devra redonner un bon élan à la compacte bientôt puisque des concurrentes lui soufflent maintenant dans le cou, notamment les nouvelles Honda Civic et Hyundai Elantra.

La Mazda3 Sport est vraiment la version que j’aime le plus. Sa ligne est plus dynamique et son hayon permet le chargement de plus gros objets. La voiture rouge « pétant » avec roues d’alliage et phares antibrouillard fournie par Mazda pour cet essai avait vraiment fière allure. Cette version GT est équipée d’un moteur de 2,5 litres avec transmission manuelle à six rapports, une combinaison réellement intéressante. Les autres déclinaisons, G, GX et GS, proposent un moteur de 2,0 litres, également avec boite manuelle ou automatique. Avec la GT, on passe de 155 à 184 chevaux. La transmission manuelle à six rapports permet d’exploiter au maximum les 185 livres-pied de couple disponible dès 3 250 tours/minute. Le freinage est assuré par quatre freins à disque et la direction assistée est sensible au régime du moteur. Ajoutez-y une suspension indépendante aux quatre roues et vous aurez une voiture très agréable à conduire. Le confort aurait pu être moyen compte tenu de la présence de roues de 18 pouces, mais ce n’est pas le cas. Malgré une suspension et des roues plus sportives, le confort est quand même bon.

Parlons-en du confort. Ma voiture d’essai profitait de l’un de ces intérieurs en cuir blanc que Mazda maitrise à la perfection. Le matériel de l’assise et du dossier est perforé et les supports latéraux sont garnis de petites pièces de cuir noir. De toute beauté! Ils ne sont pas seulement beaux, mais également confortables, leurs supports latéraux étant efficaces. Même qualité d’exécution à l’arrière. Toutefois, les supports latéraux sont plus petits et l’espace pour les jambes est plus calculé, un défaut qu’il faudra corriger face à la concurrence plus féroce.

Le tableau de bord Mazda est on ne peut plus simple. Un grand cadran au centre sert de tachymètre dans cette version GT tandis que la vitesse est inscrite numériquement dans le bas de celui-ci. À gauche, le compteur journalier et à droite, la température extérieure, la consommation d’essence et le niveau du réservoir. Difficile d’être plus clair. Le volant se prend bien en main et Mazda a intégré plusieurs commandes simples à utiliser sur les branches du volant. Au-dessus de la nacelle d’instrumentation, Mazda a installé un petit rectangle de plastique transparent qui se lève au démarrage du véhicule. En fait, il permet d’afficher différentes informations comme la vitesse, les réglages du régulateur de vitesse ou les directions émises par le système de navigation. Ça peut sembler légèrement « artisanal », mais ça s’avère efficace lorsqu’on est au volant et qu’on n’a pas besoin de baisser les yeux.

Le tableau de bord du modèle GT est dominé par un grand écran projetant le Mazda Connect, le système d’infodivertissement de Mazda. L’écran est tactile si le véhicule est arrêté, mais il vous faudra utiliser la molette installée entre les sièges si vous désirez faire des changements lorsque le véhicule est en mouvement. Le système audio fonctionne bien autant sur la radio conventionnelle qu’en radio satellite. L’interface iPod est aussi assez bien conçue. Personnellement, depuis quelques mois, j’utilise une clé USB de 32 Go avec quelque 4 000 fichiers audio et vidéo. Certains systèmes n’en gèrent qu’une partie, mais le système Mazda prend tout en charge, sauf les images vidéo. Mazda est l’un des constructeurs qui n’ont pas renoncé à la fente du lecteur CD. Merci de me faire plaisir! Les prises USB, AUX et 12 V sont dans le petit rangement central afin de garder vos appareils électroniques à l’abri des regards. Le système de navigation est assez efficace et est facile à programmer par commandes vocales. L’infographie est bien et le fonctionnement est doux. De plus, Mazda est l’un des rares constructeurs à offrir les mises à jour de cartes gratuites pendant trois ans. Dommage que les conditions de la circulation ne soient pas incluses. Pour Apple CarPlay et Android Auto, il faudra aussi attendre une prochaine mise à jour du système.

Plus bas, les commandes de ventilation automatique bizone de la Mazda3 GT. L’affichage est clair et il est facile pour chaque passager avant d’ajuster la température voulue. On remarque également que les sièges chauffants ont trois degrés d’intensité. On apprécie la présence d’une caméra de recul puisque la visibilité, particulièrement de ¾ arrière, est limitée.

La soute à bagages offre amplement d’espace pour des objets qui ne sont pas très hauts. La ligne de toit arquée et le hayon incliné vers l’avant retranchent quelques centimètres cubes d’espace de chargement. J’ai bien aimé le tapis de caoutchouc installé dans ma voiture d’essai. Il est surement disponible dans le catalogue d’accessoires de Mazda.

Même si sa silhouette est encore dans le vent, la Mazda3 2016 commence à montrer quelques signes de vieillesse, notamment aux places arrière. Les nouvelles Honda Civic et Hyundai Elantra, pourtant dans la même catégorie que la Mazda3, sont considérées par nos voisins américains comme des voitures intermédiaires et elles offrent plus d’espace à l’arrière. Le système d’infodivertissement devrait aussi être légèrement mis à jour pour intégrer Apple CarPlay et Android Auto. Je mentionne toutefois à Mazda de ne pas tout changer puisqu’il est relativement facile à comprendre dans sa forme actuelle. Quant à la conduite, je ne me suis jamais ennuyé au volant et cette combinaison 2,5 litres/manuelle cinq vitesses est la meilleure offerte dans la Mazda3. C’est d’ailleurs la même combinaison dans certaines versions de la Mazda6. Même si elle affiche quelques rides, la Mazda3 GT 2016 mérite votre attention.

Et 2017?

Au moment d’écrire ces lignes, le modèle 2017 est déjà arrivé chez les concessionnaires. Bien que Mazda affirme l’avoir redessinée, il faut dire que les changements sont assez discrets.

C’est plutôt en ce qui concerne l’électronique que la voiture gagne en compétence. Le frein à main conventionnel a été remplacé par un frein à main électrique, beaucoup moins encombrant. L’écran de l’affichage tête haute est maintenant en couleur et l’infographie est plus raffinée. L’écran central serait aussi de meilleure qualité.

Ce qui n’était pas disponible auparavant, c’est toute la suite d’aide à la conduite et de prévention des collisions. Par exemple, on peut maintenant obtenir sur le modèle 2017, le régulateur de vitesse intelligent, le système intelligent d’aide au freinage, le système d’avertissement d’obstruction frontale, le système de suivi de voie, la surveillance des angles morts et même l’identification des panneaux de signalisation. Ces derniers sont alors projetés sur l’écran d’affichage tête haute.   

D’autres dispositifs comme le contrôle dynamique du véhicule avec contrôle vectoriel-G sont aussi offerts sur la Mazda3 2017. Il semble bien que je doive bientôt essayer de nouveau une Mazda3 afin de prendre connaissance de toutes ces améliorations!

Psst! Mazda a aussi ajouté le volant chauffant!

Venez donner votre opinion sur la page Google+ ou Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir!

Essais réalisés précédemment :

Conditions de l’essai

Réalisé du 2 au 8 aout 2016.
Météo : que du soleil, entre 20 et 33 °C.
Modèle essayé : Mazda3 Sport GT 2016
Assemblé à Salamanca, Mexique
Existe depuis : 2003          Actuelle génération : 2014
Prix selon www.mazda.ca (10 novembre 2016) :
** GX : 19 350 $
** GS : 20 850 $
** GT : 26 350 $
Prix du modèle essayé : 27 945 $ + taxes
Distance parcourue : 1202,4 km (67 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 8,2 L/100 km
** Route : 6,0 L/100 km
** Émissions de CO² : 170 grammes/km
Consommation affichée : 7,0 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 2 200 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 500 tours/minute
Véhicule fourni par Mazda Canada
Photos prises à Berthierville, Québec

07 novembre 2016

Bien préparer votre voyage en voiture


En collaboration avec Promutuel Assurance
Lorsque vous partez en vacances, l’automobile est le moyen de transport idéal, que ce soit pour des vacances au chalet ou hors de la province. Connaissez-vous la capacité de votre véhicule? Savez-vous comment bien le charger avant de partir? Voici une liste de conseils qui vous aideront à préparer votre voyage en auto et à faire bonne route.
Vérifier l’automobile
Il est recommandé de faire une inspection de l’automobile. Il est possible de la faire vous-même en vérifiant les liquides, le moteur, la batterie et l’air conditionné. Un changement d’huile pour la période estivale est également nécessaire. Toutefois, si vous n’êtes pas un expert, il est préférable de faire appel à un centre automobile. Cela vous permettra de voir rapidement si votre voiture est en bonne condition pour une longue route.
Vous pouvez aussi consulter le manuel du propriétaire de votre automobile. Vous pourriez y trouver des trucs intéressants pour les longs voyages.
Charger le véhicule de façon efficace et sécuritaire
Lorsque vous faites le chargement de la voiture, mettez les objets lourds vers le centre. Il faut éviter de surcharger l’auto, car trop de poids à l’arrière du véhicule peut avoir une incidence sur la direction et le freinage. Lors du chargement, il faut également vous assurer de la visibilité arrière.
Encore une fois, vous pourrez également trouver, dans le manuel du propriétaire, de l’information sur la capacité de chargement de votre automobile. Cela peut s’avérer utile afin d’éviter que votre chargement ait un impact négatif sur votre conduite.
Penser à vérifier vos papiers et assurances
Assurez-vous que votre automobile est en règle ainsi que tous vos papiers, comme votre permis de conduire et vos assurances. Pour l’assurance automobile, il est recommandé de vérifier votre couverture, ce qui vous permettra du même coup de revoir les types de garanties que vous détenez. Vous pouvez aussi prendre connaissance des diverses procédures, par exemple dans le cas où vous auriez besoin d’assistance hors du pays.
Éviter la fatigue et la somnolence
Sur la route, il faut être prudent afin d’éviter les accidents causés par la somnolence et la fatigue au volant. Les trajets sur une longue période provoquent la monotonie, ce qui peut altérer les bons réflexes et mener rapidement à des accidents. Il est donc recommandé de planifier des pauses ou de changer de conducteur afin de briser cette monotonie. De plus, il est important d’éviter de conduire lors des périodes durant lesquelles vous avez l’habitude de dormir.
Prévenir les maux de dos
Les nouvelles automobiles sont de plus en plus confortables, particulièrement pour les longues distances. Ainsi, il est facile d’ajuster confortablement votre siège. Toutefois, il est possible que vous ressentiez des malaises si vous gardez la même position trop longtemps. Il est conseillé de modifier la disposition du siège et de se servir des accoudoirs afin de réduire la pression sur le cou. Enfin, si vous souffrez de maux de dos chroniques, vous devriez vous arrêter plus souvent à des haltes routières.

27 octobre 2016

Accident d’auto : la réparation en 6 questions


Si par malheur votre auto est accidentée, voici six questions pour vous éclairer au sujet de sa réparation.

  1. Comment sont estimés les dommages à mon véhicule?
Ce ne sont pas tous les garagistes qui peuvent évaluer les dommages à votre véhicule. Ce travail est généralement fait par un estimateur en dommages automobiles qualifié par le Groupement des assureurs automobiles (GAA). Celui-ci possède les connaissances et les outils pour évaluer adéquatement les coûts pour la réparation.

C’est à partir de cette estimation que votre assureur pourra déterminer si le véhicule peut être réparé ou s’il sera déclaré « perte totale ».

  1. Qu’est-ce qui détermine si un véhicule est déclaré perte totale?
En général, lorsque le coût de la réparation est supérieur à la valeur du véhicule, celui-ci sera déclaré perte totale par votre assureur. Il tiendra compte du coût des réparations liées au sinistre, de l’âge du véhicule, de son état général et de sa valeur sur le marché.

Quant aux véhicules inondés, ceux-ci sont, dans la plupart des cas, déclarés perte totale.

  1. Qu’advient-il des véhicules déclarés perte totale?
Lorsqu’un véhicule est déclaré perte totale, votre assureur doit lui accorder un statut qu’il transmettra à la SAAQ. Il pourra être déclaré « irrécupérable » (le véhicule ne pourra pas être réparé et remis en circulation) ou « véhicule gravement accidenté » (le véhicule pourra être reconstruit, mais devra subir une inspection par un garage mandaté par la SAAQ avant de pouvoir circuler à nouveau).


  1. Est-ce que mon véhicule est réparé avec des pièces neuves?
Le contrat d’assurance auto prévoit que les dommages sont réparés avec des pièces usagées d’origine du manufacturier.


  1. Quelles protections puis-je souscrire pour faire réparer mon véhicule avec des pièces neuves d’origine?
Vous avez deux choix. Le premier consiste à l’ajout de l’avenant « valeur à neuf » (FAQ No 43 – Modification à l’indemnisation – Option 43A) à votre contrat d’assurance de base. Vous pouvez aussi souscrire l’Assurance de remplacement (FPQ No 5).

Comparez ces deux options.

  1. Puis-je faire réparer mon véhicule au garage de mon choix?
Oui. Vous avez toujours le choix. Votre assureur peut toutefois vous recommander un atelier de réparation, mais rien ne vous empêche de faire affaire avec celui de votre choix. Dans ce cas, assurez-vous de sa compétence. Vous devez aussi vous assurer que le travail est bien effectué conformément au devis convenu avec votre assureur.

Pour en savoir davantage sur les différentes étapes d’un règlement de sinistre auto, visitez le gaa.qc.ca.


Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+