Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

24 juillet 2014

Essai routier: Nissan Rogue 2014

Nissan Rogue 2014
L’an dernier, j’avais pris le volant d’un Nissan Rogue Special Edition. Le petit VUS très populaire de Nissan était bien, mais la concurrence étant agressive dans ce segment du marché, il avait de plus en plus de difficulté à supporter la comparaison avec les modèles des autres manufacturiers. Je m’étais donc donné rendez-vous avec un Rogue 2017 !

2017 est arrivé bien rapidement, car, quelques semaines après la publication de l’essai, Nissan renouvelait profondément son Rogue et lui ajoutait des caractéristiques intéressantes. Il n’en fallait pas plus pour que je m’assoie de nouveau dans ce petit 4x4 sympathique.

Bien qu’il ait été redessiné, le Nissan Rogue 2014 ne peut cacher les lignes générales du modèle précédent. La calandre intègre la grille en V, signature stylistique des camions Nissan. Les phares sont maintenant pointés vers l’avant et exhibent des lumières DEL disposées en pointe. Le bouclier et la disposition des phares antibrouillard sont relativement semblables au modèle précédent. Vu de profil, le Rogue semble plus allongé et plus haut sur pattes. C’est bien normal puisque son côté utilitaire a été amélioré. De l’arrière, on dirait un Pathfinder en format réduit. Les feux arrière ont d’ailleurs le même design que ceux du Pathfinder.

Dans la gamme Rogue, Nissan propose trois niveaux d’équipement : S, SV et SL. Il aurait été intéressant d’y retrouver un SR aussi, cette déclinaison ajoutant habituellement un peu de joie aux véhicules Nissan, sans en changer les éléments mécaniques. C’est le modèle SV à traction intégrale qui m’a servi de banc d’essai pendant une semaine.

L’accès à bord est facile grâce à de larges portières, à l’avant comme à l’arrière. Mon véhicule d’essai offrait une banquette de troisième rangée pour un total de sept places. J’ai dû me sacrifier afin d’essayer cette banquette. L’accessibilité est très difficile et il n’y a pratiquement pas d’espace pour les jambes, à moins que tous les autres occupants avancent leurs sièges. Sauf si vous voulez y asseoir de jeunes enfants (s’ils veulent bien y prendre place puisqu’on se sent comme assis dans le fond d’une garde-robe !), ces places supplémentaires sont pratiquement inutilisables. Si vous avez vraiment besoin de sept places, regardez du côté du Pathfinder. L’espace est sûrement plus intéressant.

Donc, les places avant offrent abondamment d’espace, tout comme les places arrière dont la banquette, installée sur des rails, peut-être ajustée. Le design du tableau de bord est beaucoup plus agréable à l’œil que celui qu’il remplace. Au lieu de surfaces relativement planes, le nouveau tableau de bord offre un design allongé avec des lignes en formes de vagues. Le système audio, qui semblait générique dans le modèle précédent, est beaucoup mieux intégré à l’ensemble. La nacelle des cadrans est très facile de consultation avec son affichage de caractères blanc sur fond noir. D’ailleurs, le petit ordinateur de bord, au centre des deux grands cadrans, offre une foule de renseignements sur le fonctionnement du véhicule. Le volant se prend bien en main et les commandes dupliquées au volant sont faciles à comprendre et à utiliser.

L’interface du système audio et de la navigation GPS est plutôt simpliste, mais c’est aussi une bonne nouvelle pour ceux que les gadgets gâchent la vie. Tout fonctionne bien et tout est simple à comprendre. La programmation du système GPS est simple à l’écran. Il est aussi possible de le programmer vocalement. D’ailleurs, la génération précédente du système d’infodivertissement n’offrait pas tout l’éventail de fonctions offertes avec cette nouvelle mouture. Les applications NissanConnect permettent de faire à peu près n’importe quoi, que ce soit pour écouter la radio par l’entremise de TuneIn radio ou se brancher à sa page Facebook par l’entremise de votre téléphone intelligent. Prévoyez toutefois un généreux forfait de données sur celui-ci. Je n’ai pas testé ces applications puisque je n’ai pas de forfait de données, mais je prévois qu’elles seront plus distrayantes que jamais. Ce n’est pas unique à Nissan, mais le fait d’avoir accès à de nombreuses applications en roulant n’améliorera pas les choses, déjà que vous êtes nombreux à ne pas pouvoir vous empêcher de texter au volant malgré son interdiction et le fait que vous risquez la vie des autres en le faisant..

Ce que la technologie offre de mieux, toutefois, c’est l’écran de visualisation du périmètre. L’Around View Monitor (c’est son nom original) permet de voir tout autour du véhicule. Des caméras sont installées sous les rétroviseurs extérieurs, dans le logo Nissan avant ainsi que dans le hayon arrière. Sur l’écran central, on peut ainsi voir derrière le véhicule, mais aussi tout autour. Et l’image est plutôt claire. Se stationner sur le bord du trottoir ou dans un endroit restreint devient beaucoup plus facile. Une technologie que j’aime beaucoup et qui me laisse conduire, contrairement aux voitures qui se garent toutes seules.

Le volume de la soute à bagages est particulièrement impressionnant pour un véhicule de cette catégorie. Lorsque toutes les banquettes sont abaissées, le plancher est presque plat, seul l’avant a un petit angle vers le haut. Si vous ne choisissez pas le modèle à sept passagers, l’espace sera encore plus grand puisque la banquette de troisième rangée laissera la place à un espace vide, surmonté d’une tablette. Nommée « Divide-N-Hide », cette tablette permet de conserver le plancher plat et d’avoir un espace plus profond si la banquette est relevée. Je souligne également le seuil de chargement bas facilitant la manipulation d’objets lourds.

Le moteur qui se cache sous le capot du Nissan Rogue 2014 est toujours un quatre cylindres de 2,5 litres de 170 chevaux à 6 000 tours/minute qui produit un couple de 175 livres-pieds à 4 400 tours/minute. Bien que sa puissance et son couple soient les mêmes que lors de mes deux derniers essais, la consommation d’essence a été beaucoup plus intéressante que la première fois, soit un peu moins de 9,0 litres/100 km. La transmission à rapports continuellement variables Xtronic CVT fait très bien son travail et n’est pas déplaisante pour ceux qui en sont à leur première expérience avec ce type de transmission. Le mode Sport qu’on peut activer à la simple pression d’un bouton améliore les performances. Bien que celles-ci soient adéquates, elles seront probablement à la limite si vous engouffrez sept personnes dans le Rogue.

Le freinage est assuré par des freins à disques ventilés aux quatre roues et ils sont très efficaces. Le dispositif de freinage ABS est de série, de même que la répartition électronique de la force de freinage. La suspension, agréable pour un utilitaire sport, est indépendante aux quatre roues, avec jambes de force à l’avant et une configuration multibras à l’arrière. Les pneus de 17 pouces de cette version SV, avec l’ensemble Famille et Technologie, sont à faible résistance au roulement et peuvent rouler sans air sur une courte distance en cas de crevaison, ce qui élimine la présence d’un pneu de secours. Attention à ces pneus à faible résistance au roulement, car ils sont faciles à faire patiner au départ. Mieux vaut accélérer avec modération ! La tenue de route est très bonne et la position de conduite élevée le rend très agréable à conduire, autant en ville que sur une petite route de campagne.

Je souhaitais, l’an dernier, que Nissan fasse une mise à jour de son petit utilitaire sport au plus vite. Nissan a répondu plus rapidement que je ne l’avais prévu et elle a répondu de belle façon. Bien que la mécanique n’ait pas vraiment changé, le Nissan Rogue est passé d’un véhicule plutôt ordinaire à un véhicule spacieux, confortable et avec des technologies qu’on ne retrouve toujours pas chez les concurrents. La précédente génération du Rogue se retrouvait souvent en tête du palmarès de ventes des véhicules Nissan et il n’aura aucune difficulté à s’y maintenir. Le seul bémol est cette version sept passagers conçue uniquement à des fins de marketing et dont l’utilisation est plus que douteuse. Mieux vaut l’attrait d’un modèle cinq passagers avec un espace de chargement plus important. Un utilitaire sport à mettre sans contredit sur sa liste d’achats !

Venez donner votre opinion sur la page Google+ ou Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Vous n’avez qu’à cliquer sur « J’aime » pour y avoir accès !

Essais réalisés précédemment :

Conditions de l’essai

Réalisé 21 au 25 avril 2104.
Météo : de la pluie, des nuages, un peu de soleil, entre 8 et 18 °C.
Modèle essayé : Nissan Rogue SV 2014 + ensemble Famille et Technologie
Assemblé à Smyrna, Tennessee, États-Unis
Prix selon www.nissan.ca (23 juillet 2014) :
** S : 23 498 $
** SV : 27 248 $
** SL : 30 998 $
Prix du modèle essayé : 31 063 $ + taxes
Distance parcourue : 499 km (80 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 8,2 L/100 km (9,5 selon les normes 2015)
** Route : 6,2 L/100 km (7,4 selon les normes 2015)
** Émissions : 168 grammes/km
Consommation dans la vraie vie : 8,8 L/100 km
Régime-moteur à 100 km/h : 1 800 tours/minute
Régime-moteur à 115 km/h : 2 000 tours/minute
Véhicule fourni par Nissan Canada
Photos prises à St-Félix-de-Valois, Québec

1 commentaire:

www.assurancevsp.fr a dit...

C'est une belle voiture en effet et pour son prix, c'est un investissement de choix!

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+