Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

27 août 2015

Essai routier: Mazda6 GT 2016

Mazda6 GT 2016
Le voici enfin, ce fameux résumé. D’abord, en un mot, Mazda Canada m’avait prêté une Mazda6 GT 2016 pour mes vacances. Mon but était de démontrer qu’on peut voyager en famille sans nécessairement posséder une fourgonnette. L’objectif s’est un peu modifié en cour de route puisque les enfants ne nous ont pas suivis à Old Orchard Beach, dans l’état du Maine. Toutefois, il est possible de tirer plusieurs conclusions au sujet de la Mazda6 2016 à la suite de plus de 2 200 kilomètres de route.

Mazda6 GT 2016
D’abord, le confort. Lors de ces grandes randonnées, le confort est un élément important à prendre en considération. À ce sujet, la Mazda6 GT gâte ses occupants puisque les places avant sont confortables et l’espace y est parfait. Même les passagers arrière auraient eu assez de place pour leurs jambes. Puisqu’il faut quelquefois faire une pause et un petit roupillon, sachez que le dossier des baquets avant s’incline complètement vers l’arrière et qu’il est facile d’y dormir plusieurs minutes (ou heures !). Ma conjointe qui ne dort jamais longtemps en auto habituellement leur a donné son approbation.

Le système d’infodivertissement fonctionne à merveille. La navigation, que j’ai testée après mon retour, fournit de bons trajets et la programmation vocale est facile. Quant à la sonorisation, rien à redire sur la radio FM et la lecture de CD. Par contre, la réception de la radio satellite a posé problème dans le Maine. Le signal coupait souvent. Par contre, de retour au Québec, un autre essai a démontré le contraire. C’est peut-être un mauvais angle de satellite qui causait ces problèmes de réception chaque fois qu’on croisait un arbre, une semi-remorque ou un viaduc. Dans la Belle Province, la réception était bonne et c’est l’essentiel.

Quelques informations sur des systèmes électroniques. Le régulateur de vitesse adaptatif réagit très bien aux véhicules qui roulent plus lentement. Je l’ai utilisé à outrance et, pour moi, c’était un bel outil qui me permettait de respecter les limites de vitesse de nos voisins américains. Je n’avais pas envie de jaser avec un State Trooper. Ce régulateur de vitesse ne peut pas toutefois suivre une circulation dense à basse vitesse puisqu’il se désactive sous les 30 km/h.

Quant aux phares de route automatiques, ça pourrait être intéressant s’il ne se désactivait pas si souvent. En effet, une lumière de rue ou une sentinelle installée sur un garage suffirent à revenir aux phares de croisement. Ça devient agressant pour l’œil. Ça mérite un peu de perfectionnement. Pour ce qui est des essuie-glaces automatiques, il suffit de placer le sélecteur sur « intermittent auto » et de les oublier. S’il tombe quelques gouttes de pluie, ils balaieront lentement et accéléreront si la pluie s’intensifie. Il est même possible de les désactiver pour la saison froide afin qu’ils ne collent pas au pare-brise.

Puisqu’on est bien assis à son volant, il faudrait que la mécanique soit intéressante. Depuis que Mazda a transformé ses véhicules en implantant les technologies SKYACTIV, la consommation d’essence s’est grandement améliorée. Sur de longues distances, ça devient impressionnant. Sur l’autoroute, la moyenne de consommation s’est même permis d’afficher 6,4 L/100 km, ce qui est très bien pour une voiture intermédiaire. Et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les Américains préfèrent les intermédiaires au lieu des compactes. Faire le plein à 0,73 $/litre à South Portland, Maine, ne m’a coûté que 36 $ US. Ce serait presque le double ici !

Crédit-photo: Mazda Canada
Donc, sous le capot, il s’agit d’un quatre cylindres de 2,5 litres produisant 184 chevaux. Le couple maximum de 185 livres-pied est atteint à 3 250 tours/minute, un régime assez bas comparé à d’autres moteurs de même cylindrée. Lorsqu’on le met en marche, il est plutôt rugueux à la manière d’un moteur diesel. Toutefois, après quelques secondes, tout rentre dans l’ordre et il est prêt à affronter la route. Étonnamment, pour une intermédiaire, tous les modèles (GX, GS et GT) arrivent de série avec une transmission manuelle. La transmission automatique essayée compte six rapports et est dotée d’un mode séquentiel avec palettes au volant. Je vous avouerai que je ne suis pas un fan de ce mode manuel, mais les changements sont effectués rapidement et il est agréable à utiliser. Les montagnes du New Hampshire n’ont pas fait peur au moteur quatre cylindres. La principale différence par rapport à un V6 est qu’il est plus bruyant en accélération. Freins à disque et suspension indépendante procurent une belle tenue de route et un accent sportif certain lorsque la route est sinueuse.

Finalement, ce type de voyage nécessite un grand coffre. Et c’est le cas de la Mazda6 GT 2016. Seul le seuil de chargement est un peu haut, mais il aurait probablement pu engouffrer les bagages de deux autres personnes, à condition de voyager un peu plus léger qu’à l’habitude. Nous y avions mis une grande valise, deux chaises de plage et un parasol ainsi que trois sacs d’épicerie réutilisables. Sur place, nous avons fait quelques achats, si bien qu’au retour, le coffre était presque plein. Pas mal pour une berline.

Je ferais de la route à nouveau avec une Mazda6. On ressent bien l’énergie « vroum-vroum » chaque fois qu’on emprunte une petite route sinueuse. La technologie SKYACTIV fait des miracles sur la consommation d’essence, si bien que ça ne coûterait pas vraiment beaucoup moins cher de voyager en hybride. Son seul problème sur la route est une faible visibilité vers l’arrière, particulièrement lorsque vous changez de voie sur l’autoroute. Toutefois, toutes les qualités de la Mazda6 2016 enterrent ce défaut. La Mazda6 GT 2016 est vraiment une excellente routière.

La Mazda6 GT 2016 a été fournie par Mazda Canada.
Les frais du voyage ont été payés par moi.

Venez donner votre opinion sur la page Google+ ou Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir !

Les textes reliés à ce « roadtrip » :

Conditions de l’essai

Réalisé du 27 juillet au 6 août 2015.
Météo : beaucoup de soleil, un peu de pluie, entre 17 et 38 °C.
Modèle essayé : Mazda6 GT 2016
Assemblé à Hofu, Japon
Prix selon www.mazda.ca (26 août 2015):
** GX : 24 695 $
** GS : 27 995 $
** GT : 32 895 $
Prix du modèle essayé : 37 964 $ + taxes
Distance parcourue : 2283 km (75 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 8,8 L/100 km
** Route : 6,1 L/100 km
** Émissions de CO² : 175 grammes/km
Consommation affichée : 7,0 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 1 700 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 000 tours/minute
Véhicule fourni par Mazda Canada
Photos prises à Ste-Élisabeth, Québec

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+