Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

24 août 2013

Essai routier: Nissan Sentra 2013


Elle en a parcouru des kilomètres la petite Sentra depuis sa création.  Apparue en tant que Datsun 1200, puis Datsun 210, la Nissan Sentra est la voiture de Monsieur Tout-le-monde.  Robuste et fiable, elle s’est taillé une belle réputation tout en restant humble.  Coincée depuis quelques années entre la Versa et l’Altima, la Sentra joue du coude cette année.  Une refonte en profondeur de la silhouette lui ont fait gagner des millimètres et des centimètres ici et là, si bien qu’elle passe d’un rôle de figuration à un premier rôle.  Du moins, elle a des atouts pour passer les auditions!

La Nissan Sentra 2013 se présente dans la catégorie des voitures compactes, un segment âprement disputé au Québec.  Tous les manufacturiers tentent d’y prendre la tête, car, même si les marges de profits ne sont pas énormes, il est possible d’en vendre beaucoup… si on a le bon produit.  Les Civic, Corolla et Mazda3 ne seront certainement pas faciles à déloger.  Et c’est sans compter les américaines et les coréennes.

Mise à part la version SR que j’ai essayée, la Nissan Sentra 2013 ne joue pas la carte de l’image sportive.  Elle tente plutôt de se coller à sa grande sœur Altima en proposant une image classique de grande dame.  Ça peut être une qualité, mais c’est aussi un problème puisque la Sentra ne ressort pas vraiment du lot dans la circulation.  Et ce ne sont pas les 6 petites DEL dans chacun des phares avant qui la distingueront.  La calandre, très Altima, est bordée par des phares soulignés par de petites DEL.  Les formes légèrement en pointe vers l’arrière sont un clin d’œil à la Z.  Le capot, reprend les lignes de la calandre et est bombé, laissant supposer beaucoup de puissance sous le capot.  Les côtés sont bien dessinés.  Une ligne part du coin du phare avant de se rend jusqu’au coin du feu arrière, parcourant toute la longueur de la voiture, juste au-dessus des poignées.  Ça crée une impression de mouvement.  Le motif des roues d’alliage du modèle SR est très joli.  L’arrière est classique et se distingue de l’Altima par des grands feux à DEL en forme de U penché.  L’aileron du modèle SR ajoute une petite touche sportive qui ne nuit pas à la visibilité vers l’arrière.  La barre transversale chromée ajoute aux classicismes des lignes.  La couleur bleu métallisée est impeccable, bien qu’elle ajoute 135$ à la facture.

Quatre niveaux d’équipement peuvent agrémenter la Nissan Sentra 2013, en commençant par la S.  La SV en offre un peu plus, alors que la SR jour la carte de l’image sportive.  La SL représente le haut de gamme de la Sentra.  Trois ensembles d’options sont proposés pour bonifier ces modèles : Climatisation pour la S à boîte manuelle, De luxe pour la SV et Privilège pour la SR, ce qui en fera une SL à l’image sportive.

L’accès est facile, autant à l’avant qu’à l’arrière grâce aux larges portières.  C’est d’ailleurs cette impression de grandeur qui nous frappe chez cette Sentra.  Les sièges sont confortables, mais offrent peu de support latéral pour une voiture à l’allure sportive. Même chose à l’arrière où le dossier est presque parfaitement plat.  Comme c’est généralement le cas chez Nissan, les matériaux qui composent le tableau de bord sont de belle qualité.  Le tableau de bord est beaucoup mieux dessiné que celui de la génération précédente et fait moins « bas de gamme ».  Le volant, avec son moyeu en forme de V, regroupe toutes les commandes usuelles : audio à gauche, régulateur de vitesse à droite.  Tout est simple et facile à utiliser.  La SR offre les phares à allumage automatique.  Généralement, lorsque vous placez le commutateur des phares sur le A, ceux-ci s’allume à la brunante et s’éteigne au lever du soleil.  Dans la Sentra, ils sont toujours allumés!  L’automatisme sert plutôt l’éclairage intérieur, qui, lui, suit la logique habituelle.  La nacelle des cadrans est moins disparate avec ses couleurs harmonisées.  Deux grands cadrans noirs avec chiffres blancs, entourés d’un peu de gris.  En haut, au centre, deux petits cadrans pour la température du liquide de refroidissement et la jauge d’essence.  Plus bas, le petit centre d’information, maintenant noir et non orange, distribue beaucoup d’information sur le fonctionnement du moteur.  Simple, mais efficace. 

Dans le bloc central, le petit écran est le même qu’auparavant.  Toutefois, tout ce qui l’entoure a été retravaillé.  Les buses de ventilation ne sont plus verticales, mais plutôt horizontales et trônent au sommet de la console.  De chaque côté de l’écran, quelques commutateurs chromés sont disposés.  Le système est assez facile à utiliser, même l’interface iPod.  La prise USB est dans le petit rangement entre les deux sièges.  Petite anecdote : souvent, lorsque je prends le volant d’un véhicule d’essai, les écrans sont configurés en anglais, à cause de journalistes anglophones ou qui ne se soucient pas de ces équipements.   J’ai donc choisi le réglage « Français » pour l’interface du petit écran du système de son.  Presque tout est resté en anglais.  « Preset » « Title » et « Name » sont des mots courants de cette interface française.  Il y a donc quelqu’un, quelque part qui a été payé comme traducteur… et il n’a pas fait le travail!  Avis aux manufacturiers : il y a plusieurs Québécois qui pourraient faire le travail beaucoup mieux.  En bas du système audio, les commandes de la ventilation.  Il s’agit de molettes pour le ventilateur et l’intensité de la chaleur, ainsi que de commutateurs pour l’endroit où vous voulez recevoir le jet d’air.  Une seule petite inquiétude : je ne sais pas si le pourtour chromé des molettes pourrait nuire à leur manipulation des gants.  On verra bien l’hiver venu.

J’aime bien la décoration apposée sur ce bloc central, ça découpe bien l’ensemble.  En bas des commandes de ventilation est situé de levier de vitesses avec petits compartiments pour la monnaie en haut et en bas de celui-ci.  Il y a les deux porte-gobelets devant le petit coffre de rangement renfermant la prise USB.  Le coffre à gants n’est pas si mal avec sa petite tablette pour séparer vos items.  L’éclairage nocturne est orangé et assez agréable.  Il est toutefois perfectible puisque certains commutateurs, pour abaisser les glaces notamment, ne sont pas éclairés.  La visibilité vers l’arrière est correcte, mais celle de ¾ arrière est compliquée à cause du pilier C très large.

Les passagers arrière sont choyés, du moins par l’espace qui leur est alloué.  C’est probablement une des compactes que j’ai essayées les plus spacieuses à l’arrière.  Mon grand garçon de 6 pieds et plus ne s’est jamais plaint que ses jambes étaient à l’étroit.  Même chose pour le coffre, également de grande dimension.  On peut baisser la banquette, divisée 60/40, mais le plancher n’est malheureusement pas plat.  Dommage car ça aurait donné à la Sentra une polyvalence hors du commun.  Dommage également que Nissan ait oublié d’intégrer une poignée au couvercle du coffre pour le refermer.  Ultimement, on se sert de l’aileron, ce qui n’est pas une bonne chose.  Par contre, la finition du coffre est exemplaire.

Vous n’aurez pas à vous casser la tête pour choisir le moteur, puisqu’un seul s’impose sous le capot de la Nissan Sentra 2013 et c’est le quatre-cylindres de 1,8 litre à 16 soupapes et double arbres à cames en tête.  Ses 130 chevaux sont suffisants pour la conduite normale.  La boîte manuelle à six rapports équipe les versions S et SV, mais la SR essayée possède la boîte Xtronic CVT à variation continue.   Dans la Sentra, elle ne s’est pas avérée déplaisante.  Soulignons que ces boîtes CVT nécessitent un minimum de chevaux pour fonctionner sans être bruyante ou déplaisante.  Dans la Sentra, il semble que le moteur s’entende bien avec la transmission.  En plus, elle offre un mode manuel qui permet de « guider » la transmission lors de dépassement.  À la gauche du volant, il y a deux boutons.  L’un pour ECO et l’autre pour Sport.  En mode Eco, le groupe motopropulseur est géré pour être le plus économique possible.  Je n’ai pas ressenti vraiment de changements sur la conduite.  En mode Sport, par contre, c’est intéressant.  Le moteur est plus vigoureux et réagit plus promptement aux demandes de l’accélérateur.  Il augmente probablement aussi la consommation d’essence.

Les freins sont à disques à l’avant et à tambours à l’arrière pour la S et SV.  Les autres ont droit à des disques à l’arrière.  Avec cette configuration, le freinage est excellent.  La calibration de la suspension est très bien.  C’est confortable, elle n’incite pas à la conduite sportive, mais pour la conduite de tous les jours, c’est très bien.  En plus, les SR et SL roulent sur des roues de 17 pouces, au lieu des 16 pouces de base, ce qui améliore sûrement la tenue de route.  La servodirection est électrique et sensible à la vitesse du véhicule.  Rien de négatif à son sujet.

Peu importe que vous ayez un petit ou un gros budget, Nissan ne négocie pas avec la sécurité.  Six coussins gonflables vous entourent dans la Sentra.  Les assistances électroniques pour la tenue de route sont aussi de série, de même que les freins ABS et l’antipatinage.

C’est une belle surprise que cette Nissan Sentra 2013.  Personnellement, je trouve les lignes extérieures trop sages, mais l’espace intérieur m’a conquis.  Plus de « Avance ton siège, mes jambes rentrent pas » provenant de la banquette arrière.  Un coffre qui peut engloutir beaucoup de bagages et une conduite sage qui ne me déplait pas.  Combien d’entre vous vont travailler chaque matin avec le pied au plancher?  Probablement pas beaucoup, surtout si vous demeurez dans la région de Montréal!  C’est là que la Sentra se démarque par son espace, son silence et son confort.  En fait, je me dis que Nissan a tellement bien fait son travail lors de cette refonte que la Sentra pourrait probablement enlever des ventes à la mauvaise cible : l’Altima.

L'opinion féminine... de Martine

C'est la première fois que je vois une automobile avec autant d'espace.  Quand j'étais sur le côté passager, en temps normal, mon fils me demande d'avancer mon siège, mais là, aucun problème, il y a tout l'espace désiré, même plus!

Partagez votre opinion sur le forum d’Essauto en cliquant ici.

Toutes les photos sont sur la page Facebook d’AutoOpinion.ca.  Vous n’avez qu’à cliquer sur « J’aime » pour y avoir accès!

Essais réalisés précédemment :

Conditions de l’essai

Réalisé du 10 au 14 juin 2013.
Météo: Du soleil, un peu de pluie et de nuages, entre 14 et 27 °C.
Modèle essayé : Nissan Sentra SR 2013
Prix selon www.nissan.ca (23 août 2013) :
** S : 16 430 $
** SV : 19 230 $
** SR : ?
** SL : ?
Prix du modèle essayé : 21 650 $ + taxes
Distance parcourue : 517,6 km (39 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 6,6 L/100 km
** Route : 4,9 L/100 km
Consommation dans la vraie vie: 7,0 L/100 km
Régime-moteur à 100 km/h : 1 700 tours/minute
Régime-moteur à 115 km/h : 2 000 tours/minute
Véhicule fourni par Nissan Canada.
Photos prises à Ste-Élisabeth, Québec.

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+